Bon voila! après six mois de silence, retour sur les ondes avec changement de continent ! Il faut bien se lancer. Six semaines de présence, c'est un peu présomptueux pour parler d'un pays...

Promis, je ne me hasarderai pas aux comparaisons qui, comme on le sait, ne sont pas raisons. D'ailleurs, Odile est avec moi cette fois et cela change tout. A la minute de son arrivée en sol lao, mon niveau de vie a bondi...ainsi que mon moral, of course!

Alors oui, changement d'habitudes à 360 degrés : langue, visages, noms, repères visuels, odeurs, saveurs, climat, job...Nécessité d'ajuster son logiciel cérébral rapidement car le temps passe aussi vite par ici et, étant bien sûr privilégié de voir et d'entendre tout ce que je vois et j'entends, il ne faut pas décevoir et se décevoir.

 

IMG_4909IMG_4896

Vat Sisakhet à Vientiane                                                                                  Boite aux lettres lao (délai non garanti)

Mesure aussi de la fragilité des choses, de l'importance de la santé quand les soins se trouvent souvent en dehors du pays, en l'occurence la Thaïlande; de l'importance de ne pas commettre (trop) d'impairs dans un environnement qu'on ne déchiffre pas, où on est toléré, avec partout un alphabet illisible pour longtemps (toujours ?)

La République Populaire et Démocratique du Laos s'écrit:

ທາລະນະລັດ ປະຊາຊົນ ຊາທິປະໄຕ ຂອງ ສປປລາວ

en alphabet romain, sathalana  sathipatai pasason lav         ça va mieux non !? 

On en regretterait presque les caractères chinois!

Premiers paradoxes rencontrés : le lao est souriant, zen, doux, aimable, religieux, a le sens de la famille et en même temps (est-ce le même ?), il déboite de couloir en moto ou en pick up à tous bouts de champ sans attendre et sans clignotants ni rétroviseur; il casse les oreilles du voisinage à grands coups de karaoké en plein air; le propriétaire veut tous les mois de loyer d'un coup et d'avance; le salarié retire tout son salaire à la fin du mois au GAB; il choisit la voiture en devanture du concessionnaire, sans choisir d'options, pour rentrer chez lui le jour même fier de son investissement; à trois ou quatre sur la moto, seuls les parents ont un casque, cela vous rappelle quelque chose non !

Bref, je n'ai pas fini de m'étonner, le sel de la vie est à ce prix.